Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MOINS DE TROIS MINUTES POUR AGIR

SITUATION ACCIDENT DE TRAVAILUne collègue à la cafétéria qui s’étouffe lors de sa pause déjeuner, un salarié qui se foule la cheville sur le parking, un autre qui perd connaissance à son bureau… Face à un accident, même peu grave, l' ENTREPRISE doit pouvoir organiser ses secours internes et donner efficacement l’alerte, le cas échéant, au Samu. Il en va de la responsabilité pénale de l’employeur. Ces éventualités peuvent aussi se présenter pour les clients. En situation de détresse vitale, sauriez-nous leur sauver la vie ?

Voici la conduite à tenir face à tout accident même s’il Vous paraît BéNIN :

Si je suis témoin d'un accident, je mets en œuvre 2 mesures simples mais indispensables : 

  1.  Je protège la victime (ainsi que moi-même et les autres personnes présentes) pour éviter l’aggravation de la situation. Comment ? Je repère les risques persistants (risque d'électrisation, risque d'écrasement par une machine, risque d'incendie ou d'explosion...) et je les élimine (je coupe le courant, je stoppe une machine...) 
  2. J’appelle le sauveteur-secouriste du travail (SST) le plus proche, sans déplacer ni manipuler la victime, et je me mets à sa disposition.

Plus le niveau d’urgence est élevé, plus la réaction doit être rapide. Un saignement très abondant peut être fatal en moins de 2 minutes. Un arrêt cardio-respiratoire peut entraîner très rapidement des lésions irréversibles au cerveau. La victime doit pouvoir être prise en charge en moins de 3 minutes par un SST de l’entreprise. Spécialement formé, ce dernier est un maillon essentiel de la chaîne de secours. Il va réaliser les premiers gestes d'urgence sur la victime et vous fera prévenir les secours extérieurs en vous donnant des consignes strictes.  

 

Tag(s) : #BOITE À OUTILS, #SECOURISME

Partager cet article

Repost 0